Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PEAUX-ROUGES Limoges
  • PEAUX-ROUGES Limoges
  • : Site d'information des Redskins de Limoges, collectif antifasciste informel et contre-culturel. Nous avons la conviction que si la première étape de la lutte antifasciste se joue bel et bien sur le terrain des idées, l'échéance suivante sera celle de la confrontation physique. Notre objectif est donc de sensibiliser les organisations et personnes à la nécessité de se préparer mentalement et physiquement contre le fascisme. mail: peaux_rouges@yahoo.fr
  • Contact

Radio

Liens locaux

  nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

Liens nationaux/Internationaux

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

31 octobre 2013 4 31 /10 /octobre /2013 09:35

995883 227683810724855 2083663324 n

 

 

 

 

affiche finie image

 

 

 

 

1395359 341065236037766 661231725 n

 

 

 Sang Mêlé jouera à chacune de ces dates

Repost 0
Published by REDSKINS Limoges - dans Information - Antifascisme
commenter cet article
19 octobre 2013 6 19 /10 /octobre /2013 11:31

Avant de reproduire un texte intéressant de "Article11" s'intitulant "Alain Soral et le « butin de guerre » de la liste antisioniste – un conte iranien.", cet article est un complément au précédent sur Dieudonné. Notons également un petit rajout concernant Alain Soral que l'on voit dans la vidéo de l'article (vidéo d'Egalité et Réconcialiation) aux côtés de Gabriele Adinolfi. Il semblerai que beaucoup de personnes, notamment des jeunes accordent du crédit à Soral et prétendent que ce n'est pas un facho ("la preuve il est avec des musulmans"), cependant rappelons qui est ce Gabriele Adinolfi, proche ami (et contact italien) de Soral. Adinolfi est l'idéologue du mouvement neo-fasciste italien, d'obédience nationaliste-révolutionnaire (même idéologie que les meurtriers néo-nazis de Troisième Voie et JNR de Serge Ayoub qui ont assassiné Clément Méric), il s'exile à l'étranger, notamment à Paris, pour fuir un mandat d'arrêt suite à l'attentat de la gare de Bologne en 1980. Cet attentat est le fait de groupes d'extrême droite extraparlementaire et activistes dont il faisait parti. Ses ouvrages, notamment "Pensées Corsaires" ont été sollicités et appréciés par la mouvance identitaire et néo-nazie en France.

 

Soral-Adinolfi--2-.jpg

 

Passons au texte d'Article11 (les sources, compléments et vidéo, sont avec le lien en bas de l'article): "Alain Soral et le « butin de guerre » de la liste antisioniste – un conte iranien"

 

Beaucoup le soupçonnaient. C’est désormais avéré : la liste antisioniste conduite par Dieudonné aux européennes de 2009 a bénéficié de subsides iraniens. Un enregistrement d’Alain Soral, à l’époque cinquième sur la liste, le confirme. Ressortie à l’occasion d’un énième règlement de comptes, la vidéo fait beaucoup de bruit à l’extrême-droite et intéresse la justice.

 

Il y a une constante dans l’auto-proclamée « dissidence », marigot idéologique d’extrême et d’ultra-droite regroupant le mouvement Égalité et Réconciliation d’Alain Soral, les aficionados de Dieudonné et nombre de petits groupuscules complétement allumés. Ses figures les plus en vue ont une forte tendance à se retourner les unes contre les autres, à détricoter les frêles alliances qu’ils avaient nouées et à se bouffer le nez. C’est plus fort qu’eux. Mieux : ils le font publiquement, au vu et au su de tous, via des vidéos postées sur Youtube1. Et ils en oublient parfois toute prudence, laissant fuiter certaines informations censément secrètes.

 

Pour dernier avatar de cette perpétuelle Nuit des longs couteaux, la sévère brouille entre Alain Soral et Ahmed Moualek, proche de Dieudonné2 et président de La Banlieue s’exprime, un groupuscule extrémiste. Les deux hommes, solidement ancrés à l’extrême-droite, se connaissent bien : lors des élections européennes de 2009, ils figuraient ensemble sur la liste antisioniste portée en Île-de-France par Dieudonné : Alain Soral occupait la cinquième place et Ahmed Moualek la septième. Mais leur compagnonnage remonte plus loin en arrière : en 2006, ils s’étaient par exemple rendus de concert (avec le complotiste Thierry Meyssan, Dieudonné et le frontiste Frédéric Chatillon3) en visite en Syrie et au Liban.

 

 

Soral et Moualek sont donc de vieilles connaissances. Leur brouille, par contre, est très récente. Elle naît d’une vidéo mise en ligne par Ahmed Moualek le 23 août dernier. Il y explique qu’il a changé d’avis à propos de la situation en Syrie et qu’il « ne soutient plus Bachar El Assad », « un traître à son propre peuple ». La prise de position n’a rien d’anodine au sein d’une extrême-droite française qui soutient d’autant plus Assad que la Syrie est traditionnellement l’un de ses grands argentiers. Pour un Alain Soral, particulièrement engagé dans le soutien au régime syrien, la vidéo d’Ahmed Moualek vaut donc déclaration de guerre.
La riposte ne tarde pas. Sur le net, Moualek est attaqué de toutes part par les affidés d’Égalité et Réconciliation. Et il n’apprécie pas. Il apprécie d’autant moins que, lui, qui se revendique antisioniste radical (pour ne pas dire antisémite – l’homme a par exemple inventé un mot pour ceux qu’il considère comme sionistes : juifistes), se retrouve d’un seul coup traité de suppôt d’Israël par ses anciens amis. Insulte suprême.

 

Conséquence : Moualek contre-attaque. Il le fait au moyen d’une vidéo mise en ligne le 24 août et titrée « Alain Soral, où est le butin de guerre de la liste antisioniste ? ». Dans celle-ci, face caméra, il se plaint de la perfidie de ses anciens compagnons de lutte. Surtout, il exhume une autre vidéo, enregistrée en mars dernier à l’occasion d’un déplacement à Nice du meneur exalté d’Égalité et Réconciliation ; un film dans le film, en somme. Alain Soral y tient le crachoir. Et au détour d’un monologue portant sur la forme politique qu’il conviendrait de donner à la « dissidence », il fait cette étrange confession à propos du financement de la liste antisioniste de 2009 : « Si on a pu faire la liste antisioniste qui a coûté 3 millions d’euros, c’est parce qu’on a eu l’argent des Iraniens. Faut le dire, faut être honnête. Si on ne les avait pas eus, on n’aurait pas pu le faire : on n’a pas 3 millions d’euros. Surtout qu’on les a perdus, puisque pour être remboursé, il fallait faire 5 % minimum. » Bam.

 

Le soutien de l’Iran à une partie grouspusculaire de l’extrême-droite française a souvent été évoqué4. Cela se dit. Mais là, c’est différent : Alain Soral le balance recta, l’avoue sans ambages. Plus étonnant encore : il le fait devant une caméra, lors d’une réunion publique.

 

Dans sa déclaration vidéo, Ahmed Moualek explique ne jamais avoir été au courant de l’existence de ces trois millions d’euros. Il raconte d’ailleurs qu’il n’était pas question de se faire rembourser le moindre frais lors des séances de tractages auxquelles il a participé, mentionne que même le kebab était de sa poche... Mais il demande surtout des comptes, sous-entendant au passage des malversations financières : « Personne n’est au courant de ces trois millions d’euros. La liste anti-sioniste, de ce que j’avais pu comprendre, elle était financée – tout le monde n’était pas au courant – à hauteur de 300 000 euros. Soral fait des révélations. C’est son droit, hein, c’est son droit de le faire. […] Moi, j’aimerais savoir, je pose la question à Soral […] : Soral, où est le butin de guerre ? Où sont ces trois millions d’euros que tu as ou que vous avez touchés, je ne sais pas ? Où est cet argent ? […] Tout le reste de la liste antisioniste, comme moi, n’a pas touché un euro. J’en ai même pas senti l’odeur... »

 

Sur le net d’extrême-droite, cette vidéo, visionnée plus de 50 000 fois, fait beaucoup de bruit. Si Alain Soral ne peut l’ignorer, il ne réagit pourtant pas personnellement. Par contre, le 27 août, le site d’Égalité et Réconciliation reprend la vidéo de Moualek, avec cette précision : « À la question de savoir s’il faut faire évoluer la dissidence vers une forme politique plus institutionnelle, Alain Soral répond en rappelant la réalité de la politique politicienne et en évoquant les fameux « 3 millions d’euros » (qu’il faut bien sûr imputer à la fatigue et corriger en 300 000). » 300 000 et non 3 millions d’euros ? La langue qui fourche, un coup de fatigue ? Mouais.... Admettons. Sauf que ça ne change pas grand-chose.

 

L’intérêt de cette vidéo d’un Soral expliquant benoîtement que la liste antisioniste n’a pu exister que grâce à l’argent de la République islamique d’Iran ne réside en effet pas dans le montant de la somme. Il est ailleurs, dans cet aveu réitéré (une première fois à Nice en mars dernier, puis une seconde sur le site d’Égalité et Réconciliation le 27 août) d’une subvention totalement illégale. Et même, doublement illégale.
La liste antisioniste n’a en effet déclaré à la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques que les sommes – mirifiques – de 6 691 euros de dépenses et 6 922 euros de recettes (dont 5 796 euros de dons)5. Les subsides iraniens n’y figurent donc pas. Ce qui laisse à penser que les comptes de la liste antisioniste sont mensongers. Une manipulation qui, à première vue, ne porte pas à conséquence : la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques ne peut effectuer de recours que dans les huit mois suivant l’élection. Il y aurait donc prescription.

 

Par contre, l’article L 52-8 du code électoral interdit formellement aux candidats aux élections de percevoir de l’argent d’un pays étranger. Plus précisément, il stipule : « Aucun candidat ne peut recevoir, directement ou indirectement, pour quelque dépense que ce soit, des contributions ou aides matérielles d’un État étranger ou d’une personne morale de droit étranger. »
Les risques juridiques sont ici un chouia plus importants : l’article L 113-1 du code électoral prévoit que « sera puni d’une amende de 3 750 euros et d’un emprisonnement d’un an, ou de l’une de ces deux peines seulement, tout candidat en cas de scrutin uninominal, ou tout candidat tête de liste en cas de scrutin de liste, qui aura accepté des fonds en violation des dispositions de l’article L. 52-8 ». La peine encourue reste légère, mais nul doute que Dieudonné – considéré comme responsable en tant que tête de liste – ne souhaite pas spécialement se retrouver une nouvelle fois au tribunal.

 

Pas de bol, cela lui pend au nez. Quand j’ai demandé à me rendre sur place, dans les locaux de la Commission, pour consulter les comptes détaillés6 de la campagne de la liste antisioniste, on m’a répondu qu’ils n’étaient pas disponibles. Il se trouve qu’il n’existe qu’une seule possibilité pour qu’ils ne le soient pas : une réquisition judiciaire. Dit autrement, une enquête est en cours. Voilà qui ne devrait pas arranger les affaires de la « dissidence » – en soi, une excellente nouvelle.

Mais la nouvelle pourrait devenir meilleure encore. Imaginons que les sous-entendus de Moualek se vérifient, que des membres de la liste antisioniste aient réellement fait main-basse sur une partie des subsides iraniens et que la justice le découvre : pour le coup, certaines figures de la « dissidence » passeraient vraiment un hiver pourri....

 

 

http://www.article11.info/?Alain-Soral-et-son-butin-de-guerre#nh4

Repost 0
Published by REDSKINS Limoges - dans Information - Antifascisme
commenter cet article
12 octobre 2013 6 12 /10 /octobre /2013 18:37

Après quelques années de semi-clandestinité théâtrale, terré dans son théâtre de la Main d'Or ou relégué à faire des sketchs dans un bus, il semblerait que Dieudonné ait de nouveau la possibilité de jouer dans des grandes salles telles que les zéniths, comme en atteste son agenda de tournée. Ainsi, Dieudonné qui se targuait par exemple d'être anti-système bénéficie de l'aide logistique de grandes firmes de distribution pour la réservation de places...


    Dieudonné

La chute de Dieudonné commence en 2006, avec sa venue à la fête du Front National le 11 novembre et où on le voit poser avec des membres du DPS (service d'ordre du FN, véritable milice paramilitaire d'extrême-droite).

 

En 2007, Dieudonné se constitue un cercle d'amis et de soutiens venant d'extrême-droite, pour former la solide base de constitution de la « liste Anti-Sioniste ». Le 11 juillet, Jean Marie Le Pen devient le parrain de la fille de l'humouriste. Il semblerai aussi d'après la source du journal Le Parisien, que le leader frontiste a versé 60.000 euros à Bonnie production gérée par Dieudonné. Le contrat portait sur la location d'espace, en l'ocurence le théâtre de la main d'or... aujourd'hui propriété de Bonnie production.

 

En 2008, c'est la descente aux enfers. D'abord, il y a un voyage au Liban et en Syrie. Dieudonné est accompagné par des grosses pointures d'extrême-droite. Le voyage est organisé à l'initiative de Frédéric Chatillon, ancien responsable du Groupe Union Défense (GUD, organisation étudiante violente nationaliste et raciste née en 1968 par des anciens d'Occident, pro-OAS et Algérie-Française) ; Thierry Meyssan, fondateur du Réseau Voltaire et fervent défenseur des régimes iranien, lybien et syrien ; Alain Soral, ancien du FN et leader d'Égalité et Réconciliation, organisation de type fasciste mussolinienne (proche un temps de Serge Ayoub, Soral n'hésite pas à mettre des portraits de Charles Maurras sur son site et à reprendre le slogan de Mussolini « Gauche du Travail, Droite des valeurs ») ; Marc Georges, ancien du FN et coordinateur de la campagne « Anti Sioniste » ; Ahmed Moualek, antisémite notoire, animateur du blog « la banlieue s'exprime », soutien du FN dans les quartiers. C'est cette même équipe que l'on retrouve aujourd'hui dans les soutiens forcenés à Bachar al-Assad.

 

Toujours en 2008, arrive un heureux événement pour Dieudonné : Jean-Marie Le Pen, président du FN, devient officiellement le parrain du troisième enfant de l'humoriste lors d'une cérémonie à Bordeaux... (plus si drôle que ça, hein ?!).

 

En septembre 2009, c'est le procès Dieudonné-Faurisson qui le remet sur le devant de la scène. Robert Faurisson, négationniste notoire, antisémite et proche de l'extrême-droite, s'était vu invité par Dieudonné à un de ses spectacles, pour lui remettre le « prix de l'infréquentabilité et de l'insolence ». Dieudonné commence à bien choisir ses amis et son public applaudit. A l'audience du procès, tous ses nouveaux compagnons de route sont présents pour le soutenir : Ginette Skandrani, exclue des Verts pour négationnisme et antisémitisme ; des membres d'Égalité et Réconciliation ; Thomas Werlet, chef du Parti Solidaire Français (parti fasciste d'obédience Pétainiste-Doriotiste, anciennement appelé « Droite Socialiste », ceux-là même qui étaient avec Kemi Seba et dont certains membres, des skins néo-nazis, avaient tabassé des jeunes « parce qu'ils étaient noirs », les mêmes rendus célèbres en 2008 pour une fusillade contre deux jeunes d'origine immigrée en banlieue) ; des pointures du négationnisme et du racisme comme Michelle Renouf, proche du British National Party (parti réputé pour avoir accueilli dans ses rangs des skinheads néo-nazis de Blood and Honour et Combat18 dans les années 1980).

 

En mai 2009, c'est le lancement effectif de la « liste antisioniste » aux Européennes parrainée par le Parti Anti-Sioniste et par Égalité et Réconciliation, dont le tête de file est Dieudonné. Sur cette liste, on retrouve encore du beau monde : Mickael Guerin, ex-secrétaire du Front National de la Jeunesse en Rhône-Alpes et responsable de la section Savoie d'Égalité et Réconciliation (dont le site internet arborait le logo des nationaux-bolchéviques, une idéologie mêlant nazisme et stalinisme) ; Emmanuelle Grili, ancienne militante du Renouveau Français (organisation nationaliste, raciste et royaliste) ; Charles Alban Sheppens, également ancien de Renouveau Français passé par le « Groupe Nationaliste Bourgogne » dans les années 1990, puis par le FN, président de la « Fraternité Franco-Serbe », dont Jany Le Pen est la marraine (cette association apporte son soutien aux serbes du Kosovo dans leur combat contre les musulmans albanophones). Ce Charles Alban Sheppens, on le voit également aux côté des hooligans racistes de Boulogne où il vend des écharpes pour le compte de la Fraternité. Cette liste est officiellement soutenue par le Parti Solidaire Français (dont nous avons déjà parlé plus haut). Soulignons également que le Parti Anti-Sioniste de Dieudonné ne fut jamais accepté comme soutien officiel par les organisations de libération en Palestine...

 

De 2010 à 2012. Dieudonné stagne dans sa sphère de fans issus à la fois de l'immigration, des quartiers populaires et de l'extrême-droite radicale, assumant tout son parcours depuis 2006.

 

Vous en voulez encore ? Allez, on va dans le plus récent !

 

Juin 2013, affaire Méric. Un jeune antifasciste, Clément Méric, est assassiné par des néo-nazis de Troisième Voie dont le chef est Serge Ayoub alias « Batskin », patron également des Jeunesses Nationalistes Révolutionnaires (service d'ordre de Troisième Voie).

Dieudonné se montre en octobre dans une vidéo avec Serge Ayoub, lui serrant la main et lui accordant son soutien de part la mise à disposition d'une interview où le leader néo-nazi raconte sa version des faits (depuis 2009 Dieudonné s'était déjà présenté comme « ennemi des antifascistes »...). Mais avec cette interview, Dieudonné montre une fois de plus de toute sa contradiction ! Dieudonné se donne l'image du combattant contre l'impérialisme... et des jeunes le suivent bêtement. Serge Ayoub en bon « anti-impérialiste » et « anti-colonialiste » qu'il se présente (laissez nous rire un instant !) ne manque pourtant pas de casseroles. Au sein même de l'organisation d'Ayoub, il y a eu des individus comme un certain « Pti'Fred » qui se vante dans le documentaire « Sur les pavés » (réalisé par Serge Ayoub pour « répondre » au documentaire « Antifa chasseurs de skins »), interviewé dans le bar « Le Local » (de Batskin...) d'avoir fait parti des mercenaires de Bob Dénard (militaire colonialiste et anti-communiste) en Afrique en 1995, pour appuyer des coups d'État comme celui aux Comores... Et il n'est pas le seul, les nationalistes français ont contribué lourdement au pillage de l'Afrique, de l'Asie, de Orient et de certains pays de l'est en envoyant des mercenaires pour asseoir la domination de la France et des valeurs chrétiennes.

 

Et Dieudonné n'est que le complice de tout ça en s'alliant avec eux !

Dieudonné est bien d'extrême droite, c'est le tirailleur noir des suprémacistes blancs... Il est la caution de couleur pour faire passer le message et la volonté des racistes blancs ! Du masochisme aussi poussé, qui l'eut cru un jour ? Dieudonné l'a fait !

 

 

En complément, voir les articles de "Reflexes" sur Dieudonné et "La Galaxie Dieudonné": http://a404.idata.over-blog.com/2/95/87/89/tableau_de_la_galaxie_Dieudo.gif

Repost 0
Published by REDSKINS Limoges - dans Information - Antifascisme
commenter cet article
20 septembre 2013 5 20 /09 /septembre /2013 14:39

Le musicien de hip-hop et militant antifasciste Pavlos Fyssas est mort. Il a été froidement assassiné par un membre du parti Néo-nazi, Aube Dorée le 17/09/2013. L’antifasciste a reçu des coups de couteau directement au niveau du cœur devant de dizaines des personnes avec la tolérance des forces policières qui ont refusé d’intervenir.

Cet assassinat intervient cinq jours seulement après l’attaque meurtrière des néonazis d’Aube Dorée contre des militants du PC grec qui faisaient un collage dans un quartier ouvrier de Pirée. Ces événements font partie d’une grande série des agressions, des ratonnades et des assassinats des immigrants et des militants antifascistes qui ont eu lieu pendant les dernières années.
Dans un pays où le taux du chômage atteint 28%, où la plupart des travailleurs sont soit licenciés soit au chômage technique, où le 20% de la population vit sous le seuil de pauvreté, les néonazis en pleine collaboration avec le gouvernement grec poursuivent une attaque contre l’ennemi intérieur. Chaque travailleur qui ne baisse pas la tête devant les attaques du capital, chaque immigrant qui essaie de gagner sa vie, chaque femme qui défend ses droits, chaque résistance contre la politique gouvernementale est qualifié « d’ennemi intérieur ». L’Aube Dorée est devenu l’amortisseur parfait de la colère populaire née par le désastre humanitaire provoqué par le gouvernement et la Troïka.
Le gang d’assassins a « bien » choisi les dates des attaques. Au moment où les enseignants menacés de licenciement descendent dans la rue avec une participation à la grève qui monte à 90%, au moment où les travailleurs d’autres secteurs rejoignent les enseignants en lutte, les néonazis jouent le seul rôle qu’ils connaissent depuis 70 ans, celui de l’écrasement de chaque voix libre.
La mort de Pavlos Fyssas n’est pas en vain. Elle rend plus décisives la lutte antifasciste et la lutte des travailleurs contre le gouvernement, la Troïka et l’Aube Dorée, le bras dur du capitalisme.
Les morts de Clément Méric et de Pavlos Fyssas doivent être les derniers crimes des criminels fascistes et néonazis.
killah.jpg
Ni en France, ni en Grèce ! Solidarité internationale !
Fascistes, racistes, sexistes, nazis, intégristes, extrême droite: ASSASSINS !
Repost 0
Published by REDSKINS Limoges - dans Information - Antifascisme
commenter cet article
19 juillet 2013 5 19 /07 /juillet /2013 10:53

Kristian Vikernes, dit "Varg" ("Loup"), un néo-nazi norvégien adèpte d'une religion néo-païenne nordique liée au culte de Odin a été arrêté le 16 juillet en Corrèze, à Salon-La-Tour, suspecté de préparer "un massacre". Des explosifs et des armes sont retrouvés chez lui. Connu pour ses idées et ses agissements, il venait d'être libéré en 2009 en Norvège après le meurtre de son "mentor" qui lui vallu 21 ans d'emprisonnements. Marié à une française et père de 3 enfants, il est venu s'installer dans notre région boisée où il appella alors tous les néo-nazi païens à venir le rejoindre. Appel qui ne fut pas suivi. En 2011 il appel également les français à voter Marine Le Pen et le Front National. Ancien chanteur de Burzum et membre de Mayhem, l'affaire Virkenes permet de reparler du National-Socialist Black Metal (NSBM) qui est maintenant connu du grand public suite à la médiatisation de l'arrestation.

Un ancien article sur Reflexe avait été fait sur ce mouvement: http://reflexes.samizdat.net/spip.php?article228

Notre article arrivant un peu tard dans l'affaire Vikernes a pour but de faire connaitre le "Red and Anarchist Black Metal" avec un site regroupant les groupes de metal se revendiquant communistes, anarchistes, éco-libertaires et pour certain un paganisme anti-nazi et antiraciste, contre le NSBM. En effet, il est important de montrer et de diffuser que le black metal et que les adeptes de religions néo-païennes nordiques ou autres, ne sont pas forcément des neo-nazis nostalgiques, bien au contraire. Le NSBM ne fut qu'une branche minoritaire et affinitaire du Black Metal, et le racisme au sein du paganisme n'est qu'une dérive abérrante !

270907.jpg

Support the RABM "Red and Anarchist Black Metal" !

http://r-a-b-m.blogspot.fr/

Repost 0
Published by REDSKINS Limoges - dans Information - Antifascisme
commenter cet article
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 09:53

Le 24 avril 2010, était organisé à Limoges un rassemblement à la mémoire des antifascistes assassinés partout dans le monde… Nous dressions alors une longue liste de noms, militants assassinés en Russie, en Allemagne, en Italie, en Espagne… Aujourd’hui, nous devons rajouter à cette sinistre énumération Clément Méric, jeune syndicaliste et militant antifasciste, battu à mort par des membres de l'extrême droite radicale ce mercredi 5 juin 2013 à Paris, alors qu'il sortait d'un magasin de vêtements, près de la gare Saint-Lazare à Paris. Il est décédé des suites de ses blessures, dans la nuit, à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière. Toutes nos pensées vont à sa famille, à ses proches, et camarades auxquels nous exprimons toute notre solidarité.

Les Redskins Limoges appellent à un rassemblement à sa mémoire et pour rappeler que l’extrême-droite est un danger quotidien le samedi 8 juin 2013 à 17h30 place de la Motte.

L’EXTREME-DROITE TUE !

LE MEILLEUR HOMMAGE C’EST CONTINUER LE COMBAT !  

 

NI OUBLI, NI PARDON !

 

clement.jpg

Repost 0
Published by REDSKINS Limoges - dans Information - Antifascisme
commenter cet article
6 mai 2013 1 06 /05 /mai /2013 11:45

Article de REFLEXes. (photos sur le site: http://reflexes.samizdat.net/spip.php?article493)

 

Depuis quelques jours, les organisateurs de la mobilisation contre la loi sur le « mariage pour tous » déclarent ne rien avoir en commun avec les « extrémistes » qui provoquent les affrontements avec la police en fin de manif, réclament l’intervention de Manuel Valls et des forces de l’ordre, et souhaitent carrément les envoyer en prison, comme l’a récemment déclaré sur Canal + leur égérie… pardon, leur porte-parole, Frigide Barjot.


DPS.jpg

Et cela semble marcher tant bien que mal. La manif parisienne de dimanche dernier a été effectivement un peu plus « propre » que les précédentes. Il faut dire que le service d’ordre avait été passablement renforcé par du personnel professionnel provenant de deux sociétés de sécurité, et que les policiers en civil surveillaient tout particulièrement le lieu servant de rendez-vous pour les militants de Civitas, et par conséquent pour ceux du Gud, du RF et autres JN. Mais revenons un peu sur la nouvelle coqueluche des médias (en passe de supplanter Marine Le Pen, pourtant fort appréciée dans les rédactions) et son passage au Petit Journal de Canal + vendredi dernier. Frigide Barjot se plaint donc allègrement de la présence de « groupuscules identitaires » dans ses manifs, les désigne, les montre du doigt et réclame, tant qu’à y être, de les envoyer « en taule ». C’est la diffusion en tout début d’émission d’images de la fin de la manifestation du mardi 16 avril qui provoqua ces réactions. Madame Barjot nous montre à son tour sur son portable la même scène, mais prise dès le début. On y voit un responsable de la manif appeler à la dissolution, et se faire insulter par un solide gaillard. Le ton monte rapidement entre le SO et l’effronté accompagné de quelques amis, qui en viennent aux mains avec le SO, tout en insultant au passage les journalistes. Cela pourrait être une scène classique de manif, celle d’un SO officiel au prise avec des jeunes gens un peu plus énervés ou des militants plus radicaux (que celui qui n’a jamais jeté une pierre nous jette la première !), sauf que dans le cas présent, les jeunes gens énervés ne sont plus si jeunes que cela, puisque l’agitateur de fin de manif n’est autre qu’Axel Loustau, un ancien du Gud. On aurait dû (ou pu) s’en douter : là où il y a de l’agitation, il y a du « gudard » !

 

Tout chef d’entreprise qu’il est devenu, il semble avoir du mal à rompre avec sa jeunesse [1] . Ayant déjà beaucoup écrit sur le monsieur et ses amis, au premier plan desquels Frédéric Chatillon, nous nous contenterons ici de revenir sur ces deux ou trois dernières années…

 

Après Chatillon, un autre « prestataire de service » du FN ?

Bien qu’aimant la discrétion, Axel Loustau refait parler de lui dès 2009. C’est Le Canard Enchainé qui s’étonne de voir sa société Vendôme assurer la sécurité d’un colloque en présence de Nicolas Sarkozy à l’Ecole Militaire, alors que selon le palmipède « la famille Loustau a, aux RG, une fiche épaisse comme le Bottin » (Le Canard Enchainé du 18 mars 2009). L’année suivante, c’est le groupe des Verts à la Mairie de Paris qui dénonce l’attribution de la sécurité du 104 (haut lieu de la bobo-attitude parisienne) à Vendôme, et là encore la presse ressort les liens entre Vendôme, Loustau, le Gud et le FN [2] (Le Parisien du 19 juillet 2010). D’ailleurs, un an plus tard, en novembre 2011, la sécurité autour de ce lieu posa problème lorsque les catholiques intégristes de Civitas sont venus perturber la pièce de Romeo Castellucci Sur le concept du visage du fils de Dieu. Ne pouvant être au four et au moulin, certains employés de Vendôme ont dû choisir entre protéger le site et soutenir leurs camarades intégristes ! 2011 fut par ailleurs vraiment une mauvaise année pour lui, entre un contrôle fiscal, l’inspection du travail et même la Halde qui s’y met… Pas toujours facile de cumuler activités professionnelles et activisme politique !

 

 

Enfin, en 2012, c’est le retour aux affaires. Marine Le Pen a repris en main le FN, et il semblerait qu’il y ait moyen de bien, et même très bien, s’entendre avec elle. N’étant pas plus adhérent au FN que ne l’est son ami Chatillon, c’est très certainement en tant que prestataire de service (toujours dans le domaine de la sécurité) qu’on le voit au plus près de Marine Le Pen lors du Premier mai. Cela ne nous avait guère surpris à l’époque, les débordements récurrents du DPS (service d’ordre historique du Front) ne correspondant plus du tout à la stratégie de dédiabolisation engagée par MLP : il nous était apparu évident que, tout comme elle avait confié sa communication à un prestataire de service (Frédéric Chatillon, et sa société Riwal), elle allait s’adresser à une société de sécurité pour ses manifestations de grandes ampleurs, et pour cela il n’y avait pas à chercher bien loin, car c’est le métier de notre ami Loustau. C’est très certainement à ce titre qu’on le voit participer à la protection rapprochée du cortège de tête. En effet, comme le montre les photos suivantes, le « prestataire de service » A. Loustau se trouve au cœur du dispositif de protection de la candidate Marine Le Pen, évoluant sereinement entre les membres du DPS et ceux du SPHP (Service de Protection des Hautes Personnalités, anciennement dénommé VO, Voyages Officiels) présents pour assurer la sécurité de Marine Le Pen durant la campagne présidentielle (comme c’est le cas pour tous les candidats, disons un tant soit peu sérieux).

 

 

Quelques jours plus tard, le 13 mai, c’est en marge du défilé du « Comité du 9 mai » organisé par Serge Ayoub, que nous le croisons, donnant l’accolade à Edouard Klein, responsable du Gud du moment, et accessoirement fils d’une vielle amie du couple Chatillon-Loustau…

À moins qu’il ne soit venu saluer un collègue, Daniel Mack, qui, quinze jours auparavant, assurait lui aussi la protection de Marine Le Pen (juste devant le père et la fille) : mais ce jour-là, il défilait fièrement sous les couleurs des Jeunesses Nationalistes Révolutionnaires (JNR) de Serge Ayoub, alias Batskin…

 

Mack réussit l’exploit d’être à la fois membre du DPS et des JNR, dont la devise est « Croire Combattre Obéir » : mais dans ce cas là, qui croire ? Qui combattre ? les skins dont Marine Le Pen ne veut plus ? C’est-à-dire ceux-là même que Daniel Mack va encadrer 15 jours plus tard ! Et surtout, pour le soldat Mack, à qui obéir ? C’est la question qu’il se pose peut-être avec son « grand » ami Olivier, qui lui aussi jongle entre ses prestations pour le Front national et ses apparitions au sein des JNR. Les voici tous les deux côte à côte dans la manif du Premier mai, puis en compagnie de Gilles Dussauge [3], historique bras droit de Serge Ayoub, ou encore en porte-drapeau des JNR à ce même « 9 mai »…

À première vue ,les problèmes que soulèvent le cumul des mandats ne se posent pas qu’aux élu(e)s !!

 

Quand il y en a plus, il y en a encore !

Pour en revenir, et en finir, avec Axel Loustau, on peut noter qu’il n’était pas venu tout seul faire de l’agit-prop’ autour de la « Manif pour Tous » puisque dès le début de l’altercation, nous voyons Lancelot Galley et Albéric d’Herbais venir l’épauler :

 

Albéric d’Herbais [4] a l’honneur d’être à la fois le beau-frère de Chatillon, puisque frère de Marie d’Herbais [5], et d’avoir été l’employé de Loustau jusqu’en septembre dernier (il était responsable de la sécurité de sites Microsoft pour la société Vendôme). Quant à Lancelot (si ! si ! c’est son vrai prénom !), s’il n’est pas vraiment de la même génération, il a réussi à faire sa place dans le petit monde des « anciens du Gud ». Il est devenu notamment chef de projet chez Cigales Médias [6], montrant là une fois encore à quel point ce petit milieu fonctionne en réseau très fermé, tout en restant dans le giron du FN [7] .

Tout récemment, Marine Le Pen, après la diffusion de photos de sa nièce montrée en fort mauvaise compagnie [8], a déclaré qu’elle remerciait « les balances » qui l’aidaient à faire le ménage dans son parti tout nouveau tout propre. On lui rétorquera tout simplement : « Marine, paye ta cotise ! ».

 

[1] En parlant de jeunesse, on tient à remercier ici Corentin Denis, réalisateur du documentaire Léon Degrelle, la führer de vivre et ancien du GUD des années 1990 pour ces images émouvantes d’un tout jeune Axel Loustau se faisant dédicacer un ouvrage par un de ses héros, au son de « mon Général, c’est un très grand honneur » :

[2] rappelant entre autre que Loustau a été un candidat FN, notamment aux législatives de 1997 dans les Hauts-de-Seine.

[3] Gilles Dussauge (le fameux « Grand Gilles ») était déjà très proche de Serge Ayoub, du temps où celui-ci se faisait appeler Batskin, il sera lui aussi inquiété et interrogé lors du procès de Régis Kerhuel

[4] Avant de travailler dans la sécurité, Albéric d’Herbais louait de pauvres roulottes sur l’ex-propriété familiale du château d’Alincourt à des gens du voyage, qui voulaient le traîner en justice pour escroquerie, en raison de l’absence de permis de construire. Cf. Courrier Picard du mercredi 4 mars 2009

[5] Cette dernière, après des années de bons et loyaux services au sein du Front, annonça en février dernier sur son compte Facebook ne plus se reconnaitre en « tant que Natio au Front National », égratignant au passage le « Philippot de Merde » (lu sur le site du Parti de la France Bretagne de Jean-Marie Lebreau, qui doit bien doucement ricaner, lui qui a passé 17 ans comme DPS au Paquebot !). Last but not least, 2 jours plus tard c’est la LDJ qui enfonce le clou en mettant en ligne une autre de ses déclarations « L’Islam est un Instrument de la Juiverie Internationale. Point Final ! », tout en rappelant sa proximité avec Marine Le Pen. Sans surprise elle a perdu son poste au FN dans les jours qui suivront. Encore une victime de la « doctrine Philippot » ?

[6] Société de régie publicitaire pour les commerçants et propriété de la société Taliesin de Philippe Peninque, devenu grâce à l’affaire Cahuzac une véritable vedette.

[7] Autre exemple de proximité : dans un article en 2004, nous parlions d’une SARL de presse, les éditions Objectif France, montée par quatre jeunes cadres du FN, parmi lesquels figuraient Thomas Lagagne (un très proche de Loustau et Chatillon) qui est devenu cadre chez Vendôme (chargé des Ressources Humaines) et un certain ... Louis Alliot, qui a mené depuis la carrière qu’on lui connait au sein du FN et qui est devenu le compagnon de Marine Le Pen.

[8] Cette diffusion vaudrait à elle seule un article tant elle est représentative d’une certaine presse et de ses méthodes. En février, REFLEXes publie un article où sont moqués certains fiers guerriers du Gud reconvertis aujourd’hui dans le dandysme frontiste. Le Point reprendra infos et photos sans citer la source, et surtout en modifiera profondément le sens, sous-entendant qu’un FN débarrassé des ses éléments les plus voyants deviendrait un parti tout à fait acceptable !

Repost 0
Published by REDSKINS Limoges - dans Information - Antifascisme
commenter cet article
3 janvier 2013 4 03 /01 /janvier /2013 16:17

pierre-magadoux.png


Nous venons d'apprendre avec tristesse le décès de Pierre Magadoux, survenu le 1er janvier 2013 alors qu'il avait fêté ses 100 ans en août dernier. 

Né le 15 août 1912, au Mas, sur la commune de Sainte-Anne-Saint-Priest, Pierre Magadoux devient le compagnon du colonel Georges Guingouin, commandant de la première brigade FTP (Franc Tireur Partisan), puis commandant FFI (Forces Françaises de l'Intérieur), décoré de la Croix de guerre 39-45, de la Croix du combattant volontaire de la Résistance.

Il a participé par exemple à l'enlèvement de l'automitrailleuse qui appartenait à la division blindée Waffen SS Das Reich le 9 juin 1944 à Sainte-Anne-Saint-Priest. Il fit partie des premiers Résistants et en 1941 il fut emprisonné par la répression anticommuniste du gouvernement de Vichy. C'est en 1943 qu'il s'évade pour rejoindre le colonel Guingouin et devenir l'un de ses bras droits.

Il a laissé un ouvrage, "Mémoires de Pierre Magadoux, commandant FTP dans le maquis de Georges Guingouin", édité par l'ANACR de la Haute-Vienne.

Ses obsèques civiles auront lieu demain, vendredi, à 10h30, au crématorium de Landouge.

Le collectif Peaux-Rouges Limoges adresse ses sincères condoléances à toute sa famille, à ses amis et à ses compagnons de l'ANACR.

Repost 0
Published by REDSKINS Limoges - dans Information - Antifascisme
commenter cet article
2 novembre 2012 5 02 /11 /novembre /2012 10:56

Pour la première fois, la France livre une militante basque de nationalité française à l'Espagne pour ses engagements politiques.

 aurore-martin200

La militante basque Aurore Martin a été arrêtée jeudi en Pays Basque nord et a été remise aux autorités espagnoles. L'arrestation s'est produite lors d'un contrôle routier près de Mauléon, en Soule.

 

 

Le ministre espagnol de l'Intérieur, Jorge Fernandez Diaz, et son homologue français, Manuel Valls, "se sont félicités" de cette opération policière, a indiqué le ministère espagnol dans un communiqué, soulignant la "magnifique sintonie entre la France et l'Espagne". Au Pays Basque nord, par contre, l'arrestation a provoqué une forte vague d'indignation.

 

Aurore Martin a été arrêtée dans le cadre d'un mandat d'arrêt européen émis en 2010 par l'Espagne. Les autorités espagnoles l'accusent d'avoir participé à des conférences de presse et écrit des articles d'opinion au nom de Batasuna, parti interdit en Espagne à cause de ses liens présumés avec l'ETA, mais légal en France. La jeune militante risque 12 ans de prison en Espagne.

 

 

Fin décembre 2010, Aurore Martin était entrée en clandestinité, puis réapparue lors d'un meeting en présence du sénateur-maire de Biarritz, Didier Borotra. En juin 2011, Aurore Martin avait échappé à une rocambolesque tentative d'arrestation par la police à Bayonne.

 

De nombreuses voix politiques de tous bords en France mais également en Europe se sont élevées contre le mandat d'arrêt européen d'Aurore Martin et "la crimininalisation d'une expression politique qui, s'il est considérée comme illégale en Espagne, n'est pas condamnée en France".

 

 

Elle a reçu le soutien de nombreuses personnalités locales et nationales opposées à l'application de ce mandat européen, notamment des dizaines d'élus, dont les députés écologiste José Bové, centriste Jean Lassalle et socialistes Sylviane Allaux et Colette Capdevielle, ainsi que d'organisations comme la Ligue des droits de l'Homme et de la magistrature. Même François Hollande avait manifesté son soutien, en réclamant en juillet 2011 une issue "favorable".

 

Ces derniers temps, Aurore Martin avait repris une vie publique à Bayonne où elle militait notamment au sein de la nouvelle organisation Bake Bidea ("le chemin de la paix" en basque) chargée de veiller à l'application du processus de paix engagé par l'ETA.

 

L'ultime possibilité pour Aurore Martin de contester le mandat d'arrêt délivré à son encontre par Madrid a été rejetée en mai dernier par la Cour européenne des droits de l'homme.

 

http://www.eitb.com/fr/infos/politique/detail/979046/aurore-martin-arretee-mauleon--pays-basque/

Repost 0
Published by REDSKINS Limoges - dans Information - Antifascisme
commenter cet article
20 octobre 2012 6 20 /10 /octobre /2012 11:38

http://vivresanspeur.noblogs.org/sample-page/

 

Nous sommes des militant-es qui luttons contre toute forme de fascisme. Nous combattons, non pas des personnes, mais des idées et les pratiques quotidiennes qui en découlent. Autant de comportements qu’il faut combattre pour que chacune et chacun puisse vivre librement et sans peurs. Notre lutte antifasciste nous mène sur d’autres terrains, là où le fascisme est présent quelle que soit sa forme ou son visage.

Les droits des femmes
Pour une réelle émancipation de la femme. Parce que leurs droits ne se limitent pas au droit à l’avortement, mais aussi à l’égalité des salaires: en moyenne 20 % de différence avec les hommes. Sans oublier le harcèlement et les violences domestiques: une femme meurt tous les 3 jours sous les coups de son compagnon en France. Pour que les femmes puissent vivre sans peur, pour qu’elles puissent vivre selon leurs choix.

Les droits des homosexuels/lesbiennes /transexuelles/transexuels
Pour que la stigmatisation de l’orientation sexuelle et le fait qu’on puisse être jugé par sa sexualité et non pas en tant qu’individu à part entière disparaissent. Actuellement les homosexuels ne peuvent pas donner leur sang car ils sont jugés comme population « à risque ». Demandez-vous à votre boulanger ses pratiques sexuelles ? Pour que les homosexuels/lesbiennes/transexuelles/transexuels puissent vivre sans peur, pour que chacune et chacun vive sa sexualité comme il le désire.

 

Les migrants
Pour que tout être humain ait le droit de circuler et de choisir son lieu de résidence. Nous n’accepterons jamais que des pratiques discriminatoires liées à la couleur de la peau ou à l’origine soient monnaie courante dans le monde du travail et dans la vie quotidienne. Pour une société permettant à chacune et chacun de pouvoir vivre là où il le souhaite, selon une égale répartition des richesses.

 

Le capitalisme
Contre ce système injuste qui fait profiter une minorité et fait plonger dans la misère les travailleurs-euses. Ce modèle économique en décadence montre aujourd’hui son vrai visage : précarité, chômage et licenciements pour les exploités au profit des banques et autres puissances économiques. Les travailleurs-euses doivent se serrer la ceinture et payer une crise dont ils ne sont pas responsables tandis que les bénéfices des plus grosses entreprises ne cessent pas d’augmenter. Pour nous, il n’y a pas de capitalisme « moral », c’est le système en lui-même qu’il faut contester. Pour une société qui assure à chacune et chacun l’accès à la santé, au logement, à l’éducation…

 

La société ultra-sécuritaire
Contre la société de contrôle qui utilise la répression policière, le fichage ADN de la population au moindre délit et la vidéo-surveillance pour rassurer l’électeur lambda. D’ailleurs c’est plus pratique pour le business et les banques car cela sert aussi à éviter et à réprimer la rébellion des plus pauvres contre le système. Cette surenchère de technologies pour la surveillance aide à construire un contexte d’insécurité afin de faire en sorte que le citoyen moyen s’habitue à être filmé, contrôlé et fiché en permanence. Pour une société avec davantage d’espaces de liberté, qui respecte nos vies privées et qui ne prenne pas les citoyens pour de potentiels délinquants.

 

L’extrême droite
Contre une nouvelle extrême droite de plus en plus présente dans la scène politique. Pour que son discours fasciste et démagogique ne puisse pas s’installer durablement dans les classes populaires. Pour que les agressions commises par leurs membres ne restent pas sans riposte. Pour une société sans haine ni racisme.

 


Au quotidien, nous construisons une société sans peur afin que chacune et chacun puisse vivre librement et en dehors de toute forme de discrimination et d’oppression.

 

vivresanspeurs-general-a3.jpg

 

 

Repost 0
Published by REDSKINS Limoges - dans Information - Antifascisme
commenter cet article