Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PEAUX-ROUGES Limoges
  • PEAUX-ROUGES Limoges
  • : Site d'information des Redskins de Limoges, collectif antifasciste informel et contre-culturel. Nous avons la conviction que si la première étape de la lutte antifasciste se joue bel et bien sur le terrain des idées, l'échéance suivante sera celle de la confrontation physique. Notre objectif est donc de sensibiliser les organisations et personnes à la nécessité de se préparer mentalement et physiquement contre le fascisme. mail: peaux_rouges@yahoo.fr
  • Contact

Radio

Liens locaux

  nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

Liens nationaux/Internationaux

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

8 mars 2011 2 08 /03 /mars /2011 09:57

Ils étaient hostiles au régime de Vichy : après avoir été internés dans les camps haut-viennois, ils ont été déportés en Algérie. Un épisode méconnu. Un hommage indispensable.

Le 1er mars 1941, ils sont alignés en gare de Pierre-Buffière (Haute-Vienne).

  

Syndicalistes ouvriers et paysans, communistes, libertaires, socialistes ou pacifistes. Non seulement leur combat contre le régime de Vichy leur a valu d’être internés à Nexon, Saint-Paul-d’Eyjaux et Saint-Germain-les-Belles, mais dans l’enceinte de ces camps de la honte, on a jugé leur militantisme à ce point dangereux qu’on les a classés « irréductibles » et qu’on a décidé de les exiler.

Direction Djelfa, au sud de l’Algérie. Dans un camp aux conditions de vie d’une extrême pénibilité. Les plus affaiblis ne s’en relèveront pas.

 

Ce 1er mars 1941, 281 internés – ils seront au total 500, dont six Limousins – sont montés dans le train pour Alger.

Les exilés limousins vers l’Algérie : Joseph Biogeaud et Jean-Baptiste Soulier de Brive, Marcel Bonnin, François Chatelus, Marcel Lenoble et François Roby de Haute-Vienne.

Les associations d’anciens combattants, résistants et déportés, des élus locaux et régionaux mais également beaucoup d’anonymes avaient tenu à être présents, hier, pour une cérémonie commémorative chargée d’émotion, 70 ans après les faits. « Un hommage un peu tardif peut-être, mais essentiel », insistait Yvonne Pacail, qui avait fait l’honneur de sa présence et accepté de dévoiler la plaque apposée sur la façade de la gare. Elle est en effet la fille de Marcel Pacail, qui fut interné dans un de ces camps haut-viennois.

 

(Source Le Populaire)

 

ain_srar3.jpg

 

(ce qu'il reste du camps de Djelfa).

Partager cet article

Repost 0

commentaires