Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PEAUX-ROUGES Limoges
  • PEAUX-ROUGES Limoges
  • : Site d'information des Redskins de Limoges, collectif antifasciste informel et contre-culturel. Nous avons la conviction que si la première étape de la lutte antifasciste se joue bel et bien sur le terrain des idées, l'échéance suivante sera celle de la confrontation physique. Notre objectif est donc de sensibiliser les organisations et personnes à la nécessité de se préparer mentalement et physiquement contre le fascisme. mail: peaux_rouges@yahoo.fr
  • Contact

Radio

Liens locaux

  nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

Liens nationaux/Internationaux

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

nom de l'image

24 juillet 2011 7 24 /07 /juillet /2011 13:19

Les assos ferment, le Samu social est en crise ; pour les femmes SDF, violences, prostitution et viol continuent.

    CATHERINE_DEHORS.jpg
Catherine dort dehors (Illustrations Champagne-Volpi)

« Ils ferment, ils ferment, ils ferment », déplore Marion, 24 ans, à la rue depuis sa majorité. « Il n'y a aucun centre sur le point de rouvrir. » Catherine, 48 ans, a renoncé à appeler le 115. Elle se prépare pour une nouvelle nuit dehors et troque sa robe longue contre un pantalon informe qui « passe un peu plus inaperçu ». Elle dormira dans un recoin de la gare de Lyon.

L'été n'arrange rien pour Catherine, Marion et les autres. De nombreuses associations ferment jusqu'en septembre. La mortalité est la même qu'en hiver, pourtant les distributions alimentaires et les soins médicaux se raréfient.

Alors que le Samu social de Paris faisait déjà état dans son dernier bilan de son incapacité à répondre à 10 601 demandes de mise à l'abri, le secrétaire d'Etat au Logement, Benoist Apparu, annonçait le 20 juillet au JT de France 2 la fermeture prochaine de 4 500 places supplémentaires.

Les femmes et les familles sont les plus touchées

Le Samu social est en crise. Son directeur et fondateur Xavier Emmanuelli vient de claquer la porte. Financée à 92,5% par l'Etat, l'institution accuse une restriction budgétaire de 25% alors que le dispositif est déjà en complète saturation.

En 2010, le Samu Social a attribué 1 930 000 nuitées, soit 24% de plus qu'en 2009. Alors que le nombre de personnes en famille – 11 200 – vient de dépasser le nombre de personnes isolées – 10 300 – , la coupe budgétaire annoncée touche de plein fouet l'hébergement en hôtel, principalement dédié aux femmes et aux familles à la rue.

Les centres d'hébergement collectif ne sont pas épargnés non plus. L'été dernier, le Centre pour jeunes femmes à la rue Apaso a mis la clé sous la porte. Fin juin, le centre Yves Garel a fermé à son tour. Une solution de remplacement a été trouvée pour les 57 lits qui étaient réservés aux hommes, mais pas pour les 38 places pour femmes.

Le nombre de femmes à la rue augmente toujours. Elles représentaient 13,3% des appels quotidiens au 115 en 1999, et 16,7% des appels en 2009.

« Il y a très peu d'hébergement pour femme. Donc peu sont prises au 115. Pour le reste, c'est difficile. D'autant que certaines ont des problèmes psychiques ou psychiatriques », commente Solange Gomis, du centre d'accueil la Halte Femmes :

« Quand vous restez pendant 1h30 avec la musique lancinante du 115 au bout du fil et qu'on vous demande de rappeler à 21 heures, c'est dur. »

A la Halte Femmes, des jeunes et des vieilles

La Halte Femmes est un accueil de jour pour femmes situé derrière la gare de Lyon (XIIe arrondissement de Paris). C'est l'un des rares lieux ouverts 365 jours par an, de 9 heures à 21 heures. Ces temps-ci, son chef de service, Rodrigue Cabarrus, remarque que contrairement aux années précédentes, les femmes sont à peine moins nombreuses qu'en hiver.

En arrivant là-bas, Catherine file se débarbouiller au lavabo. Comme elle, Marion vient presque tous les jours et donne une participation d'1 euro par repas quand elle peut. Mais les repas sont comptés. En raison d'un budget serré, leur nombre est passé de 70 à 55 cette année.

A la Halte, on croise aussi bien des primo-arrivants que des filles de l'Est, des jeunes et des vieilles. Certaines se retrouvent dehors à cause de problèmes de dépendance – drogue ou alcool –, de fragilités psychologiques, ou de surendettement. D'autres ont fui le domicile pour des histoires de violences conjugales ou familiales ou se sont fait mettre à la porte de chez elles. Certaines, comme Catherine, sont des mères de famille.

Image
A la Halte Femmes (Illustration Champagne-Volpi)

Dans la rue, pour les femmes, une « dimension sexuelle »

Ici, chacune a son histoire, mais toutes en ont commun une même préoccupation : trouver un endroit sûr pour passer la nuit. Pour Rodrigue :

« Une femme à la rue est bien plus en danger qu'un homme. La rue est un milieu violent en règle générale mais pour les femmes, la dimension sexuelle intervient. »

Tous les jours à la Halte, on sent poindre l'angoisse à mesure qu'approche la fermeture.

Le premier danger qui guette les femmes à la rue, c'est le viol. En 2009, Catherine s'est fait agresser :

« Il était 3 heures du matin et je ne me suis pas rendu compte que j'étais dans un coin dangereux. Des jeunes sont arrivés. L'un d'eux a voulu porter mes valises. Une fois qu'il marchait devant avec mes trois énormes bagages, j'étais obligée de le suivre.

Au bout du compte, il m'a poussée dans une allée, il voulait un rapport sexuel et il a sorti son couteau. J'ai réussi à m'en sortir en laissant deux de mes valises mais il m'a ouvert les deux mains. Ça aurait pu plus mal tourner. »

Catherine n'a pas porté plainte : « Pour ce genre de criminalité, la police ne fait pas d'enquête. »

Des stratégies pour survivre

Selon elle, un des moyens les plus sûrs d'échapper au viol est d'atténuer son aspect féminin. Solange soupire :

« Quand certaines partent d'ici, on dirait des petits fantômes. »

L'animatrice résume très simplement les choses :

« Etre une femme à la rue, c'est être une proie. Donc la première chose qu'elles font en général, c'est de se mettre à côté d'un groupe d'hommes pour chercher protection. » (Ecouter le témoignage de Solange et Rodrigue)

Rodrigue poursuit :

« Et même dans cette situation-là, ça reste fragile parce que les bonnes intentions de départ peuvent évoluer vers des situations difficiles à gérer. Il peut y avoir des risques de viol dans un groupe. Même en étant protégée par le groupe. »

A deux pas de la Halte se trouvent la gare de Lyon et la place Henri-Frenay, qui lui est attenante. La journée, la place vit au rythme des restaurants, des voyageurs et des fans de rollers mais « après 22 heures », explique Solange, « on déconseille aux femmes d'y rester. Il y a beaucoup de monde place Frenay, et aucune sécurité ».

De nombreux groupes d'hommes extrêmement alcoolisés y dorment tous les soirs. Solange ajoute :

« On leur explique qu'elles sont plus en sécurité devant un commissariat ou à l'hôpital. Il y a l'hôpital Saint-Antoine juste à côté. Il est préférable qu'elles passent la nuit aux urgences. Elles sont assises sur une chaise mais au moins, elles ne sont pas dehors. »

Mais « avec les beaux jours, les hôpitaux sont moins tolérants avec les SDF », modère Catherine.

Image
Les petits Fantômes (Ilustrations Champagne-Volpi)

A l'abri en échange d'une prostitution informelle

Depuis qu'elle vit dehors, Marion, 24 ans, se méfie des bandes et des amitiés de rue qui tournent mal : « Avoir des amis, c'est pas la peine, si c'est pour qu'ils deviennent tes ennemis… » Elle évite la place Frenay comme la peste et préfère dormir dans les bus de nuit.

La jeune femme ne jure que par son « amoureux », un Afghan rencontré dans un centre social il y a un an :

« Lui a mis six ans pour venir en France. Il est venu à pied. »

Depuis qu'elle l'a rencontré, il est devenu son protecteur.

Marion s'estime plus chanceuse que bon nombre de ses copines qui, la nuit venue, se mettent à l'abri en échanges de faveurs sexuelles.

Pour Solange, la logique est élémentaire :

« C'est une sorte de protection : je suis à l'abri et je ne suis pas dehors, je dois payer cette protection. […] Il y a des femmes qui nous disent qu'elles préfèrent ça plutôt qu'être à la rue. » (Ecouter le témoignage de Rodrigue et Solange)

Marion l'a constaté sur certaines de ses amies, cette prostitution informelle s'accompagne souvent de blessures morales et d'une image de soi calamiteuse :

« Il y en a qui se sont laissées aller et qui couchent. Y en a qui s'en fichent de leur vie. Qui se disent “Autant que je fasse le trottoir pour gagner un peu d'argent. J'ai plus rien à gagner ni à perdre dans cette vie.” […] Il y en a certaines que ça blesse. Pour une fille, ça la salit. » (Ecouter le témoignage de Marion)

De nombreuses femmes se contentent de jongler avec leurs connaissances pour dormir à l'abri. Rodrigue observe :

« C'est toute une stratégie qu'il faut pouvoir mettre en place. Souvent, les femmes qui en sont capables sont celles avec qui on peut essayer de construire des choses. »

« Je tiens pour mon copain »

Marion, elle, trouve la force de tenir grâce à son amoureux. A court de crédit sur sa carte prépayée, elle cherche des téléphones portables à emprunter pour le joindre. « Mon homme m'interdit de faire la manche. » Il paie aussi quelques nuits d'hôtel et lui donne 5 euros quand elle n'a plus de quoi manger. Parfois, il lui est impossible de la « dépanner », alors elle retourne mendier à son insu.

« Je tiens pour mon copain. On compte se marier. C'est lui qui m'a remonté le moral. J'avais perdu confiance en moi, je voulais me tuer et puis je l'ai rencontré. […] Sinon, à 24 ans, je serais comme les clochards qui puent et qui ne font plus attention à leur vie » (Ecouter le témoignage de Marion)

Image

Source: Rue89

Partager cet article

Repost 0

commentaires